Une nouvelle étape de la construction européenne autoritaire ?

??????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????En liant les faits politiques, économiques et institutionnels depuis plusieurs années maintenant, il se dégage une trop évidente thèse qu’on ne peut passer sous silence sauf si on décide, comme responsable politique ou intellectuel, de la cautionner. Depuis l’institution de la monnaie unique, l’élargissement disproportionné des compétences des institutions européennes qui bénéficient d’ailleurs d’une impunité totale puisque non contrôlées par le suffrage universel, et les différentes réformes institutionnelles instaurés en France depuis un peu moins d’une dizaine d’années avec une recentralisation autoritaire du pouvoir pour aller vers des maillons de vaste échelle, il est évident qu’on assiste sous nos yeux à la constitution d’une nouvelle étape de la construction européenne qui se réalise d’ailleurs sans consentement populaire. Les peuples, les citoyens, n’ont pas leur mot à dire dans cette nouvelle étape. Nos élites se sont aperçues qu’il y a une méfiance et même une défiance populaire envers l’Union européenne avec entre autre les « non » français et néerlandais en 2005 lorsqu’on eu lieu des référendums sur la proposition de constitution européenne. Cette défiance se caractérise d’ailleurs encore davantage au travers de la très forte abstention qui devient récurrente lors des élections européennes. Car oui, n’en déplaise aux apparatchiks de « l’internationale globaliste », en France on se sent français avant de se sentir européen. C’est la même chose d’ailleurs outre-Rhin où les intérêts nationaux sont de l’ordre du sacré.

Que la France, deuxième puissance économique du continent puisse émettre des réserves sur le devenir européen ne peut pas être toléré dans le petit scénario écrit par la technocratie européenne totalement fanatisée par les thèses du libéralisme débridé et donc totalement convaincue du bien fondé de la globalisation économique. Le pire dans cette histoire, c’est que la grande partie des élites économique et politique françaises acceptent cette idée et abandonnent donc leur propre nation et ses intérêts pour concourir servilement à ce projet qui, et c’est une évidence, ne pourra que se terminer dans la douleur. Les élites françaises prennent acte de la toute puissance allemande et même de l’hegemon allemand qui constitue une sorte d’empire du milieu avec un centre tout puissant et une périphérie composée des pays satellites de l’Est où on trouve une main-d’œuvre nombreuse et à bas coût. L’Allemagne ne se soucie guère de l’avenir européen qu’on se le dise, on le voit d’ailleurs fort bien dans son comportement vis à vis de la Grèce. Elle défend ses propres intérêts et se montre de fait extrêmement pragmatique dans ses choix politiques et diplomatiques. Elle est prête à sacrifier les peuples de l’Europe du sud pour maintenir son haut niveau compétitif et assurer ainsi sa bonne tenue dans le concert économique des nations. Disons donc plutôt qu’elle ne se soucie pas d’une Europe dans la quelle elle n’aurait pas la place centrale. La France elle, accepte cette réalité et fait même le choix de s’y résoudre et de travailler à parachever cette logique. Il ne serait pas surprenant d’imaginer que quelqu’un comme Manuel Valls ou Nicolas Sarkozy n’espère plus fondamentalement un avenir français. Ils se veulent finalement être des gestionnaires du court-terme via un pragmatisme pour le coup à l’allemande et se résolvent à la mondialisation et ses logiques implacables.

Alors oui j’entends déjà les gloussements crétins de la bonne parole rectiligne en me condamnant à la marginalisation, soulignant le caractère excessif de mon propos et de mon analyse. Car oui, pour celles et ceux qui n’auraient pas compris, je dénonce une sorte de trahison de la Nation par ceux-là même qui prétendent la diriger. Mais les faits me donnent raison et comme un bon étudiant de l’école historique je ne me repose que sur eux. Ce qui me désole le plus au final, et en parlant de désolation je fais dans le registre de l’euphémisme, c’est que nos responsables politiques le savent et continuent d’avancer malgré tout. Plus personne ne croit en la République, le chômage est endémique, les jeunes n’arrivent pas à se construire socialement et économiquement, l’industrie a été saccagée, les services publiques se délitent, la pauvreté progresse férocement … Mais on fait comme si la situation était normale. Je repense au cynisme développé suite aux attentats de Charlie Hebdo et à la glorification de l’esprit français, de l’attachement à la démocratie etc. Quelle sinistre mascarade. La réalité c’est que nous sommes en régime oligarchique et que le peuple est totalement dépossédé de son pouvoir légitime, celui d’être maître de son destin. Qui-plus-est on enfonce le clou avec une désinformation permanente pour empêcher toute prise de conscience globale et collective de ce qui se joue en cette période troublée. Et puis, notre responsabilité à nous qui sommes convaincus de la véracité de cette situation, est de laisser le monopole de la critique nécessaire de tout cela au Front national. Oui nous devons sortir de l’euro au plus vite (je renvoie aux travaux de Sapir, de Lordon et de Todd sur le sujet). Oui il y a nécessité de reconstituer un rêve français en repensant la circulation du savoir, en proposant de se partager le travail, en reconstituant une industrie technologiquement compétitive. Pourquoi cette névrose sur le sujet. Pourquoi ne pas dire tout cela ? Parce que le FN le dit aussi ? C’est très grave ce manque de courage politique et ce manque de lucidité. Qu’on arrête donc notre introspection parait-il inachevée concernant notre lien lointain avec le stalinisme, qu’on arrête de se regarder le nombril et de savoir comment on fait pour ne pas rompre définitivement avec le système. Qu’on prenne nos responsabilités et qu’on tienne au moins, dans un premier temps, un discours de vérité.

G.S

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s